swMenuFree


Projects

Atelier «Villa Vigoni»

 

 

I DISSENSI RELIGIOSI NELL'EUROPA MODERNA:

COSTRUZIONI IN MOVIMENTO

(LEGAMI, LINGUAGGI, OGGETTI) 

 

Tre incontri

a Villa Vigoni, Menaggio, Italia

 

26-29 novembre 2014

11-14 maggio 2015

2016

 

Coordinatrici del progetto: Sophie Houdard, Adelisa Malena, Xenia von Tippelskirch

 

L’obiettivo della conferenza di ricerca trilaterale è quello di riunire ricercatori e ricercatrici che conducono studi approfonditi sullo stesso oggetto, il dissenso religioso in epoca moderna, secondo metodi e prospettive propri delle loro rispettive discipline (storia, letteratura, antropologia, linguistica, scienze della religione, teologia), allo scopo di comunicare e condividere risultati e procedure di analisi. Il colloquio è dunque, ed è importante sottolinearlo, il prodotto di incontri scientifici incentrati su oggetti specifici (libertinismo, riforme, eterodossie, spiritualità, etc.), intorno ai quali è sembrato a ciascuno di noi che fosse necessaria una cooperazione e un confronto rigorosi e aperti. La diversità di approcci e di metodi di lavoro sostiene la volontà comune di guardare al dissenso senza limitarsi ad ambiti disciplinari chiusi in sé stessi né ai singoli contesti nazionali : al contrario, si tratta di proporre studi di casi europei finalizzati ad analisi precise ed eventualmente paradigmatiche di forme, canali, oggetti e linguaggi che caratterizzano il dissenso religioso in Europa. L’osservazione locale o transnazionale che si effettuerà su scala europea si porrà gli obiettivi di contribuire da un lato a una storia sociale dei dissensi (privilegiando le ricerche sui network, sulle dinamiche di costruzione di identità socioculturali, e sui meccanismi di marginalizzazione da parte delle ortodossie), d’altra parte a un’analisi delle rappresentazioni (interne ed esterne) di questi movimenti e delle loro pratiche.

 

 

Read more: Atelier «Villa Vigoni»

Jean de Labadie

Lire Labadie

Projet de prochaine publication du résultat de deux journées d’étude organisée en mars 2010 et janvier 2011 par le Centre d’Anthropologie Religieuse Européenne de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et l’Institut d’Histoire de la Réformation de l’Université de Genève. 

Ecclésiastique gyrovague, tour à tour jésuite, janséniste, calviniste, piétiste, « millénariste » et finalement « labadiste », Jean de Labadie a retenu l’attention de deux grands interprètes du phénomène religieux à l’époque moderne, Leszek Kolakowski et Michel de Certeau. Aussi fameuses soient ces études fondatrices qui représentent le point de départ de toute recherche sur Labadie, force est de constater qu’elles n’ont guère stimulé l’éveil d’une production critique désireuse de s’intéresser en profondeur à cette figure complexe et à son œuvre pléthorique et protéiforme. Seule exception significative, la biographie richement documentée que Trevor J. Saxby a consacrée à Labadie et aux « labadistes » en 1987 et qui constitue un apport décisif pour tout ce qui regarde la connaissance de la vie et de l’itinéraire de cet homme de Dieu insaisissable et de son groupe de fidèles. Dans l’ensemble, le discours critique s’est toutefois intéressé de manière privilégiée à l’itinéraire exceptionnel de Labadie à travers les grands courants religieux de son temps et l’espace. Il convient aujourd’hui de s’intéresser de manière plus approfondie à la monumentale production textuelle labadienne qui demeure encore largement à redécouvrir. Daniel Vidal a récemment emprunté cette voie, sans renoncer pour autant à suivre de près la trame biographique. Loin de vouloir dissocier l’écriture de Labadie du cadre énonciatif spécifique qui a déterminé sa production, le travail mené au sein d’un groupe de recherche qui s’est constitué autour de Labadie eu pour objectif de relire, sinon de lire Labadie à travers des questions aussi cruciales que celles du rôle de la controverse, de la notion de vocation, du rapport à l’autorité (des Écritures, notamment) du sens des espaces et des frontières franchis, jusqu’au Nouveau Monde où n’accosteront que des « Labadistes », sans Labadie, avec en toile de fond la relation complexe qui existe entre continuité et rupture dans l’œuvre labadienne. Il s’agit en somme de voir en Labadie moins l’homme d’une errance marginale, que l’auteur d’une œuvre qui sédimente et en quelque sorte capitalise les discours de son temps tout en leur apposant la marque d’un esprit inspiré.

 

Histoire veritable de la vie de Jean de Labadie

Projet de prochaine publication de l’ « Histoire veritable de la vie de Jean de Labadie », éditée par Nicolas Fornerod dans le cadre d’un projet dirigé par Maria-Cristina Pitassi (Institut d’Histoire de la Réformation, Genève) et financé par le Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique.

Le parcours de Jean de Labadie (1610-1674) à travers les grands courants spirituels de son temps est l’un des plus fascinants de l’histoire de la spiritualité du XVIIe siècle : d’abord jésuite, puis prêtre proche des jansénistes, il devient ensuite ministre calviniste, exerce une influence déterminante sur le piétisme, avant de terminer sa quête stérile du lieu de la « véritable Église » comme « labadiste », entouré de ses propres fidèles. Ce parcours singulier se situe également au cœur de l’aventure mystique du Grand Siècle. Reçu avec enthousiasme par les institutions qu’il a rejointes, puis décrié au moment où il s’en est séparé, Labadie n’a jamais laissé indifférent. Sa personnalité et son œuvre n’ont cessé d’intriguer ses contemporains ; toutes sortes de rumeurs ont circulé en Europe sur son compte ou au sujet de ses pratiques religieuses, si bien que sa vie est devenue un objet hautement controversé. Toute une production de « vies » de Labadie, polémiques ou apologétiques, a vu le jour. L’objectif principal de ce projet consiste à procurer une édition critique richement annotée de l’une des pièces majeures – la seule qui soit encore inédite – de ce vaste ensemble de biographies. Le manuscrit intitulé « Recueil de Histoire veritable de la vie de Jean de Labadie, pasteur, humble serviteur de Dieu et fidele ministre de Jesus Christ, contenue en trois livres ou parties, conformement aux trois estats dans lesquels il a vescu », qui est conservé à la Bibliothèque de Genève sous la cote ms fr. 68, constitue en effet une source de première importance. Récit de la vie de Labadie depuis sa naissance en 1610 jusqu’à son arrivée à Montauban en 1650, peu après son passage au calvinisme, ce texte, qui rend compte à la fois d’une expérience mystique et du mouvement d’une conversion, contient des informations irremplaçables sur la formation spirituelle de Labadie, son expérience intérieure, et les motivations religieuses qui l’ont conduit à sortir de la Compagnie de Jésus, puis à embrasser la foi réformée. Qu’il s’agisse d’une autobiographie écrite à la troisième personne ou d’une biographie basée sur des informations de première main témoignant de la réception de Labadie par son cercle de proches, ce document présente en tous les cas un intérêt exceptionnel. Outre l’analyse rapprochée du contenu de l’« Histoire veritable », envisagée comme construction textuelle d’un itinéraire providentiel, nous nous attacherons à reconstituer, à partir d’une enquête minutieuse dans les sources d’archives, le contexte institutionnel et de controverse confessionnelle qui a déterminé la production de ce récit de vie, et à mettre ce dernier en perspective en le confrontant aux textes de Labadie à caractère autobiographiques, à la biographie posthume attribuée à son principal disciple Pierre Yvon et aux récits biographiques de ses adversaires. Nous tenterons ainsi de cerner les usages et les représentations des récits de la vie de Labadie dans leur relation avec les pratiques d’écriture spirituelle du XVIIe siècle. Les résultats de cette recherche seront exposés dans une introduction substantielle et dans l’appareil critique de l’édition l’« Histoire veritable », à laquelle sera jointe en appendice un dossier de documents d’archives concernant l’activité de Labadie en France et à Genève.

Leszek Kołakowski (1927-2009)

Dissidences. Jalons dans l’œuvre de Leszek Kołakowski (1927-2009)

Projet de prochaine publication du résultat d’une journée d’étude organisée en avril 2011 par Alain Cantillon (Université Paris 3), Sophie Houdard (Université Paris 3) et Cécile Soudan (CRH), avec le soutien des équipes de recherche de l’EA 174 «Formes et idées de la Renaissance aux Lumières» (sous équipe GRIHL) et du Centre de Recherches Historiques (EHESS/CARE et GRIHL).

La réception et l’étude de l’œuvre du philosophe et historien polonais Leszek Kołakowski sont fragmentées, comme peut sembler l'avoir été le destin de ce penseur. Actif en Pologne dès les années 1950 (ses premiers travaux portent sur Spinoza), auteur d’une vaste Histoire du Marxisme (1976) qui ne sera partiellement traduite en langue française qu’en 1987, et d’une fresque sur les dissidences chrétiennes au XVIIe siècle, Chrétiens sans église (tr.1969), par laquelle il est d’abord et surtout connu, il quitte ensuite son pays pour l’Europe occidentale et les États-Unis d’Amérique. Son travail s’oriente alors vers l’histoire du jansénisme et vers une exégèse interne de cette composante du discours catholique moderne.

Comment une pensée mûrie dans le dialogue conflictuel mais continu du catholicisme et du marxisme dans la Pologne d’après-guerre a-t-elle pu progressivement prendre pied dans un autre dialogue, celui des «jésuites modernistes» et des «jansénistes réactionnaires» (selon les termes de l’avant-propos de Dieu ne nous doit rien, en 1995), semblant considérer l’espace de ce dialogue comme «l’horizon indépassable de notre temps», ainsi que Sartre qualifia le marxisme dans les années 1950? Comment comprendre la régressivité  historique d’une pensée qui ne cesse cependant d’arpenter, dans chacune des époques qu’elle habite, un archipel de dissidences? C’est à cette question que l’on tentera de répondre en sollicitant autour de cette oeuvre des spécialistes de la pensée marxiste et de l’histoire intellectuelle et religieuse de l’époque moderne.

Read more: Leszek Kołakowski (1927-2009)

Joomla templates by a4joomla